Ailante, faux-vernis du Japon

Nom scientifique : Ailanthus altissima

Nom commun : Ailante, faux-vernis du Japon

Famille : Simaroubaceae

Nom en langues étrangères : tree of heaven (Angl.)

Taille : L’arbre pousse vite et est capable d’atteindre des hauteurs de 15 m en 25 ans. Cependant, l’espèce a également une durée de vie courte et vit rarement plus de 50 ans.

Feuillage : Les feuilles sont caduques, grandes (30-60 cm), opposées, pennées (avec 5-20 paires de folioles), imparifoliées, d’odeur désagréable au froissement.

Ecorce : Les troncs présentent une écorce lisse, parfois légèrement rugueuse.

Fleur et fruit : L’ailante est un arbre dioïque (les fleurs mâles et femelles étant portées par des arbres différents). Les fleurs mâles ou femelles sont petites, d’un vert jaunâtre à rougeâtre, mal odorantes et groupées en grands panicules pouvant atteindre jusqu’à 50 cm de longueur situés à l’extrémité des nouvelles pousses. Le fruit est de type samare tordue persistant sur l’arbre jusqu’au printemps suivant.

Particularités : C’est un arbre natif du nord-est et du centre de la Chine et de Taïwan. Il fut l’un des premiers arbres importés en Occident à une époque où les chinoiseries dominaient les arts européens et a d’abord été considéré comme un sujet magnifique pour les jardins. Toutefois, l’enthousiasme a vite diminué lorsque les jardiniers se sont familiarisés avec ses tendances à donner des drageons et son odeur nauséabonde. L’ailante est devenu une espèce invasive en raison de sa capacité à coloniser rapidement des zones perturbées et à entraver la croissance et la régénération des espèces indigènes par effets allélopathiques (production d’une substance toxique qui s’accumule dans le sol et inhibe le développement des autres espèces, au point de devenir un herbicide naturel).
Il s’acclimate à tous les milieux, robuste et très résistant, représente un bon colonisateur des sols pollués.